Apprivoiser le stress du confinement en famille

par Aurore et Julie
241 vues

Voilà maintenant 2 semaines que nous sommes en plein confinement, pour lutter contre l’épidémie de Coronavirus. Assurer le télétravail et les apprentissages des enfants, ne pas céder à la panique, préparer la venue du bébé sans pouvoir sortir, être ensemble 24h/24…. Un cocktail qui peut s’avérer explosif en terme de stress, pour les parents, comme pour les enfants ! Heureusement, de nombreux outils existent pour mieux vivre cette période et gérer le stress du confinement. Ça vous dit ?

C’est quoi le stress ?

Si je vous dis “stress”, à quoi pensez-vous ? Angoisse, transpiration, palpitations, peur, fatigue, perte de contrôle, danger, examens, crises… On mélange tout derrière ce mot : les sensations dues au stress, les facteurs de stress, les conséquences et les réactions de stress. 

Alors, faisons simple. Quand je parle de stress je parle de la réaction que l’on a, de façon physiologique, pour nous adapter à toute stimulation. Il s’agit donc de la réaction naturelle qui nous sert à réagir face à une situation. 

Dès qu’il se passe quelque chose, mon amygdale cérébrale s’active comme un signal d’alarme. Elle prépare mon corps à réagir à la situation. En fait, ce signal est là pour assurer notre survie et réagir rapidement face à un danger. 

Comment je réagis en cas de stress ?

Quand nous sommes sous stress, les zones du cerveau qui nous permettent de raisonner ne sont pas activées. Nous réagissons donc sans réfléchir. 

Nous avons alors 3 types de réactions :

  • La fuite : elle peut être physique ou psychique. Je peux fuir concrètement en partant, en m’isolant. Mais je peux aussi fuir en me coupant de mes sensations ou des autres : ne plus parler, me plonger dans mon smartphone, changer de sujet, manger de façon compulsive, fumer, boire de l’alcool…
  • L’attaque : physique ou verbale. Je tape, je crie, je m’énerve, je prend le pouvoir sur l’autre, j’humilie…
  • Le figement : quand je suis impuissant face à la situation, je perd mes moyens et je me fige. C’est le trou de mémoire face à la copie d’examen ou le fait de ne plus trouver ses mots lors d’un entretien d’embauche. 

Heureusement, nous ne réagissons pas toujours de cette manière. Notre mémoire s’active pour nous permettre d’analyser la situation et de relativiser. Ces réactions s’expriment quand notre niveau de stress est élevé et que notre amygdale cérébrale est plus sensible.

Pour aller plus loin sur le sujet du stress

Et mon enfant, quel impact a le stress sur lui ?

Pour les enfants, les réactions sont les mêmes : fuite, attaque et figement. Certains comportements qui nous agacent sont simplement des réponses au stress : les sourires et rires quand on est fâchés, les mouvements qui ralentissent quand on est pressés, le corps qui se fait tout mou… Dans ces moments là, les enfants ne maîtrisent pas leurs réactions

Leur cerveau étant encore en cours de construction, leur seuil de déclenchement est plus facilement atteint. De plus, les enfants ne peuvent pas apaiser leur stress tout seul. Ils ont besoin de l’aide des adultes pour revenir au calme. 

Je fais le bilan de mon stress…

Pour prendre soin de mon stress, je peux déjà dresser une liste de tout ce qui augmente mon inconfort et génère du stress pour moi. Cette liste peut être longue et c’est naturel, d’autant plus en ce moment, avec le stress que peut générer le confinement pour toute la famille

Les sources de stress sont nombreuses :

  • Toutes les contraintes : les interdits, les entraves à la liberté… 
  • Les conflits avec l’entourage, dans le couple
  • Les peurs, l’insécurité financière, la crise actuelle 
  • Les émotions non exprimées
  • Une alimentation déséquilibrée
  • Les pressions subies : de la part de la société, de l’entourage, de notre travail…
  • Le manque de temps
  • La sur-sollicitation des sens : excès de bruits, de stimulis visuels…
  • Le manque de reconnaissance
  • Notre vécu personnel : ce que nous avons vécu enfant
  • Les douleurs et maladies…

… et je fais le tri

Dans cette liste, je peux faire le tri entre les éléments sur lesquels je peux agir et ceux où je ne peux rien faire.  

  • Pour les premiers, je choisis alors d’agir dessus ou de les garder ainsi. Je reprends le pouvoir sur la situation. 
  • Pour la deuxième catégorie, je donne du sens autant que possible et je gère mes réactions. 

Dans tous les cas, cultiver une vision positive des événements nous aide à mieux les vivre. 

Par exemple, je suis confinée pendant plusieurs jours avec mes enfants. C’est une situation de contrainte. Je peux néanmoins en tirer du positif : profiter de ce temps passé en famille, renforcer les liens avec mes enfants, partager des moments de qualités avec eux…

Je prends soin de mon stress et je gère le stress avec mon enfant

De nombreux outils nous aident à contrôler nos réactions de stress. Ce qui est chouette, c’est que tous ces outils marchent aussi bien pour les adultes que pour les enfantsNous pouvons donc les utiliser en famille !
Quand je sens le stress monter, je le dis à voix haute et je choisis un outil pour faire baisser mon niveau de stress. Les enfants, en me voyant le faire, pourront utiliser ces mêmes outils. 

Voici les principaux outils pour vous aider à gérer votre stress :

  • Sophrologie / Méditation : pratiqués régulièrement, ils permettent de reprogrammer le cerveau et diminuer sa sensibilité au stress
  • Auto hypnose : permet de rentrer dans un état de conscience modifié et d’influer sur les sources de stress pour y être moins sensible
  • Faire des mouvements amples, des postures de yoga (à utiliser avec des enfants en bas âge également)
    Le yoga est également bénéfique pendant la grossesse
  • Marcher dans la nature (plus compliqué en cette période de confinement, mais vous pouvez sortir et faire un tour de pâté de maison, ou encore regarder des photos de voyages…)
  • Appeler un professionnel pour être écouté (vous pouvez nous contacter si vous en ressentez le besoin Aurore et Julie, coach Filliozat
  • Activités créatrices : coloriage, écriture, modelage… 
  • Prendre un moment rien que pour soi : lire un bon roman, se détendre, prendre un bain… 
  • Passer un moment agréable en famille
J'y pense !

D’autres outils ne prennent que quelques minutes, voire secondes :

Vous pouvez facilement les mettre en oeuvre tout au long de la journée :

  • Faire des câlins, minimum 20 secondes, pour se charger en ocytocine
    Voir tous les bienfaits du câlins
  • Respirer lentement et profondément dans le bas du ventre : pour détendre le diaphragme, mieux s’oxygéner et envoyer au corps le signal que tout va bien
  • Souffler dans une paille ou comme un dragon : pour avoir une respiration profonde et se canaliser sur son souffle
  • Penser à un lieu ressource, à un moment agréable :  le cerveau en voyant ce lieu se reconnectera instinctivement à vos sensations que vous y avez éprouvé et déclenchera les mêmes hormones que la première fois, comme si vous y étiez (boucle temporelle, nous t’avons trouvée !)
  • Boire de l’eau : le cerveau est composé à 80% d’eau, le réhydrater lui permet de retrouver toutes ses facultés et de réfléchir à nouveau comme avant cette vague de stress
  • Ecouter sa playlist préférée, danser, chanter…
  • Rire, faire des grimaces 
  • Regarder la nature ou quelque chose de vert 
  • Caresser un animal, une peluche ou quelqu’un 
  • Courir, sauter
  • Se masser les mains : comme les câlins, cela permet de produire de l’ocytocine 
  • Ouvrir la fenêtre et se concentrer sur le bruit, le vent, la lumière 
  • Prendre du recul en regardant la situation, comme si vous étiez un réalisateur de cinéma…

Vous avez maintenant tout ce qu’il vous faut pour apprivoiser le stress du confinement en famille !
Bon courage à tous et prenez soin de vous !

Retrouvez le replay de notre webinar live sur notre chaîne Youtube !

Apprivoiser le stress du confinement en famille – Les outils clés de gestion du stress
Avec Julie Mathieu et Aurore Cubier

ET VOUS ? Quel outil vous permet de gérer votre stress ?

Partagez vos témoignages et expériences dans les commentaires de l’article !

Julie Mathieu – Sagefamily

J’ai 3 enfants et j’ai découvert l’approche empathique d’Isabelle Filliozat lorsque mon fils aîné a eu 2 ans. A l’époque, je me suis rendue compte que ce qu’on m’avait transmis en matière d’éducation ne me convenait pas: crier, punir, mettre au coin… Le livre “J’ai tout essayé” a été le premier d’une longue série de lectures et formations dans ce sens.
Après 11 années en tant que sage-femme à l’hôpital, j’ai décidé de changer de voie. Je suis donc maintenant coach parentale, spécialiste en éducation positive. Formée à la méthode Filliozat, je reçois les familles en consultation et j’anime des ateliers pour parents et professionnels de la petite enfance. Je suis également l’auteure du blog sagefamily.fr où je partage chaque semaine mes connaissances et découvertes en parentalité.

FacebookInstagram

Aurore Cubier – En harmonie dès l’Aurore

Maman de 2 enfants nés de deux relations pleines d’amour, et professionnelle de la petite enfance depuis 14 ans où j’y ai exercé plusieurs métiers. J’ai pu constater qu’accompagner l’enfant que nous soyons parents et/ou professionnels, nous demande de surmonter des difficultés.  Mon envie d’accompagner au mieux les enfants m’a conduite à l’approche empathique et bienveillante.
Après 3 années de formation à l’école d’Isabelle Filliozat, j’ai l’envie de partager mes connaissances pour vous aider à avoir la relation que vous rêvez avec les enfants tout en tenant compte de vos besoins.

FacebookInstagram

Vous devriez aimer aussi…

Laissez un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. Accepter En savoir plus