Comment accompagner mon enfant à l’heure du coucher ?

par Charlène Mimi Bergamote
615 vues
Rituel du coucher enfant

Il se relève, il hurle, il trouve toutes les excuses du monde pour retarder l’heure du coucher. L’heure du coucher est une étape incontournable dans la vie familiale, qui peut, suivant les périodes, s’avérer difficile voire même anxiogène pour vos loulous comme pour vous. Pour parer à ces difficultés, il est primordial d’instaurer un rituel à l’heure du coucher, un moment calme et privilégié qui rassurera votre enfant. Voici quelques astuces pour vous aider.

Pourquoi instaurer un rituel du coucher ?

Pour beaucoup d’enfants l’heure du coucher est synonyme d’angoisse et de frustration à l’idée de la séparation avec papa et maman. C’est là que le rituel du soir prend tout son sens puisqu’il va établir naturellement un moment de complicité avec votre enfant, un moment juste à VOUS qu’il attendra avec impatience. L’heure du dodo ne sera plus vue comme une punition mais bien comme un privilège !

Il y a aussi un aspect sécurisant, dans la mesure où cette petite « routine » devient un repère pour l’enfant qui le rassure et lui permet d’appréhender avec plus de sérénité l’heure du coucher : il sait à quoi s’attendre et peut donc s’y préparer.

J'y pense !

Vous pouvez également instaurer un rituel pour la sieste. Veillez cependant à ce qu’il soit différent de celui du soir pour que votre enfant les distingue bien.

A partir de quel âge puis-je mettre en place un rituel du coucher ?

Dès son plus jeune âge bébé a besoin d’être rassuré pour s’endormir, il est important de fixer très tôt un cadre avec des habitudes qui le sécurisent et lui permettent progressivement de prendre conscience du rythme jour/nuit.

Au fil des mois, le rituel prend forme en fonction des besoins de bébé. On peut mettre en place des massages, la lecture d’histoires courtes… , l’idéal étant que ce moment n’excède pas 10 minutes.

A partir de 3/4 ans votre enfant est plus demandeur d’échanges avec vous et peut devenir acteur de son rituel, en racontant lui-même des histoires par exemple, ou en souhaitant bonne nuit aux différents objets qui l’entourent… Vous pouvez aussi inclure au rituel le pyjama et le lavage de dents. La durée se détermine en fonction des habitudes mais ne doit pas excéder 20 minutes. Il est essentiel de ne pas rater le marchand de sable !

Comment établir son rituel ?

Avant toute chose, sachez qu’il n’y a pas de formule magique, il existe autant de rituels qu’il y a d’enfants sur terre ! Alors soyez attentif(ve) aux besoins de vos petit-bouts et écoutez-vous pour mettre en place celui qui vous correspond le mieux, c’est encore la meilleure façon de garantir un coucher en toute sérénité.

Voici quelques conseils utiles pour instaurer ce rituel du coucher :

  • Créer une ambiance propice au dodo. Exit cornes de brume et stroboscopes ! Baissez l’intensité de la lumière, adoptez une attitude et une voix calme pour apaiser votre enfant.
  • Comme son nom l’indique il s’agit d’un rituel, il faut donc s’appliquer à le répéter tous les soirs, malgré les aléas du quotidien.
  • Le coucher doit se faire à heure fixe, c’est un pilier fondamental du rituel, et ce, même durant les weekends et les vacances pour ne pas chambouler le rythme de l’enfant.
  • Le but du rituel est de préparer votre loulou au sommeil. N’attendez pas qu’il dorme pour quitter la chambre mais habituez-le à s’endormir seul.
  • Rappeler les règles du rituel avant de commencer. Le nombre d’histoires que vous lirez par exemple, cela évitera les négociations à n’en plus finir !
  • Un rituel n’est pas figé. N’hésitez pas à le modifier en fonction de l’âge et des besoins de votre enfant.
  • Il s’agit d’un temps calme, alors on évite les batailles de polochons et on en profite plutôt pour se câliner, discuter, lire ensemble …
  • Limiter les rappels. Etablissez un « contrat » avec votre loulou pour définir le nombre de rappels autorisés, en lui expliquant qu’au-delà de ce cadre vous ne reviendrez pas. Pensez également à le rassurez en lui rappelant que vous êtes dans la pièce à côté en cas de problème.

Pour finir souvenez-vous d’une chose : même s’il est parfois difficile de prendre sur soi, plus vous aborderez l’heure du coucher de façon positive, calme et détendue, plus vos loulous s’en imprégneront, et moins ce moment sera source d’angoisse et de colère pour eux.

Pour en savoir plus sur le sommeil de votre enfant, découvrez notre article Quand bébé va-t-il faire ses nuits ?

Et vous ? Quel rituel du coucher avez-vous instauré avec vos loulous ?

Partagez vos témoignages et expériences dans les commentaires de l’article !

Vous devriez aimer aussi…

Laissez un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. Accepter En savoir plus